Webyboom

A l'origine, Webyboom était le blog d'un collectif de webdesigners & webconcepteurs, parlant de créa, standards web et accessibilité. Avec le temps, le collectif s'est réduit à une personne (!), et l'on y parle toujours (et surtout) d'accessibilité du web

jeudi 10 janvier 2008

Accessibilité: Histoire vécue n°3 - vous croyez tout savoir sur l'internaute? Et bien,c'est faux!

Posté par olivier_webyboom le jeudi 10 janvier 2008 - Accessibilité

Cette série des "Histoires vécues d'Accessibilité" a pour but de collectionner des anecdotes réelles, à propos des problèmes posés par des contenus numériques à l'accessibilité insuffisante. Elle a commencé avec "Accessibilité: Histoire vécue n°1 - javascript si je veux (ou si je peux)".

Au-delà du caractère amusant, ou (malheureusement) navrant de ces historiettes, l'objectif est de montrer que l'accessibilité ne concerne pas que "les autres", les "pas comme nous", et que chacun peut y être confronté. Autrement dit, qu'on a tous besoin de l'accessibilité !

Les anedoctes des lecteurs sont attendues avec une impatience non feinte, et les plus exemplaires feront l'objet d'un billet !

Le préjugé: Si on connait exactement la configuration des utilisateurs, alors on peut faire des choix techniques précisément adaptés à cette configuration
Ce qu'il aurait fallu ne pas ignorer: avec la meilleure volonté du monde, il y a toujours quelque chose qu'on ne sait pas...

La règle d'or universelle qu'on ne doit jamais oublier: le corollaire de la loi de Murphy connu sous le nom de la loi de Finagle ("Si quelque chose de mal peut se produire, cela arrivera"), s'applique en tous points de l'espace et du temps.

La recommandation d'accessibilité "oubliée": le contenu doit être accessible quelque soit la configuration matérielle utilisée par l'internaute.

Le lieu: la filiale française d'un des plus grands groupes bancaires mondiaux. Une refonte de l'application centrale, utilisée quotidiennement par les 14000 salariés, est en cours. C'est un projet énorme: 5 ans de projet, 400 personnes mobilisées, pour réformer le système qui mobilise 50% des transactions informatiques du groupe. Afin d'accompagner au mieux l'introduction de ce profond changement, un effort de formation exceptionnel est consenti: 6000 salariés s'apprêtent à être formés sur la tranche du chantier livrée cette année-là. Une partie des formations sera dispensée sur la plateforme de e-learning déployée pour l'occasion. Des modules multimédia doivent ainsi se substituer aux cours en salles de formation pour certains d'entre eux.

L'action: Ceux qui ont déjà eu affaire à ce type de projets ont dû avoir un tic nerveux à la lecture de cette dernière phrase. Comment être sûr que la personne formée aura effectivement le matériel adéquat, que les logiciels nécessaires seront présents, dans la bonne version? Un chaos indescriptible s'annonce!

Mais le Service Formation a un allié omniscient, investi de pouvoirs quasi-divins pour ce projet: le Service Informatique, qui dispose du droit de vie et de mort sur le poste de travail et son contenu de chacun des  collaborateurs, dans chaque agence et chaque service. Il connaît chaque taille d'écran, chaque carte graphique, chaque version de Flash, de navigateur, à la sous-sous-version près, pour quiconque, partout. Whoah. Un rêve de concepteur d'applications web...

J'ai l'honneur et le privilège d'être impliqué dans la mise en place de la plateforme de formation, et à ce titre je reçois les demandes d'intervention qui n'ont pas pu être traitées par le Service Formation: les problèmes techniques en particulier. Mais la personne que j'ai au téléphone a un souci qui me laisse perplexe:

- "sur la page d'accueil on me dit de cliquer sur le bouton Continuer, mais il n'y a pas de bouton"

- "pourtant je suis connecté avec votre compte, je vois le bouton"

- "mais moi je ne le vois pas"

Il nous faut une longue discussion, balisée de nombreuses fausses pistes, pour comprendre le problème: l'utilisatrice, disposant d'un poste de travail en guichet, a un écran 14 pouces sur lequel le bouton en bas de page, conçue en 1024x768 pixels, n'apparaît pas. Pourtant ce type d'écran n'est plus sensé exister!! D'où d'ailleurs l'absence de barre d'ascenseur, pas la peine, tous les écrans affichent en pleine page. Oui, mais... en réalité, ce type d'écran allait bientôt faire partie du passé, la réforme du matériel intervenant à la livraison du nouveau système; et donc, malheureusement, après la formation...

La morale: les concepteurs des modules de formation avaient fait un choix de présentation très structurant, et malheureusement rigide, basé sur une information qui s'est avérée fausse dans le monde réel. Malgré des conditions idéales, il restait donc un potentiel d'inadéquation, donc d'inaccessibilité, qui s'est exprimé dans ce cas d'espèce. C'est à désespérer, mais c'est la dure loi du web!


Commentaires

Poster un commentaire