Webyboom

A l'origine, Webyboom était le blog d'un collectif de webdesigners & webconcepteurs, parlant de créa, standards web et accessibilité. Avec le temps, le collectif s'est réduit à une personne (!), et l'on y parle toujours (et surtout) d'accessibilité du web

mardi 15 juillet 2008

L'accessibilité des sites corrigée par les internautes?

Posté par olivier_webyboom le mardi 15 juillet 2008 - Accessibilité

Encore une info pêchée sur le blog de Chris Heilmann (si vous ne l'avez pas encore dans vos fils RSS, celui-là, il serait temps d'y songer!)... Une tendance se dessine actuellement, concernant le "crowdsourcing" ("codage par la foule", littéralement). Celui-ci consiste à permettre à tout un chacun de contribuer concrètement au code de sites internet. Dans le domaine de l'accessibilité, cela se traduit par l'ajout de méta-données (textes alternatifs, balises adaptées, attributs pertinents...) au code de la page, là où elles font défaut.
Deux projets significatifs dans ce domaine ont vu le jour récemment: Social Accessibility Project, chez IBM, et WebVisum.com. Le projet d'IBM vise à équiper les lecteurs d'écran et les navigateurs d'additifs logiciels, qui permettent de signaler un problème aux bénévoles chargés de les traiter, de le résoudre de façon collaborative, et d'alimenter un serveur de données. Celui-ci ajoutera les informations manquantes à la volée, dès la prochaine visite au site incriminé.
WebVisum est une extension de Firefox 3 (inscription au service nécessaire), qui en plus de cette fonction de résolution collaborative, propose de décoder les CAPTCHAs visuels, et différentes fonctionnalités qui facilitent la vie des déficients visuels.
Les deux projets partent des besoins des utilisateurs de lecteurs d'écran principalement, s'y intégrant de façon transparente. Rien n'interdit toutefois d'imaginer qu'on pourra apporter des améliorations qui concernent d'autres besoins spécifiques.

Restent deux points à régler, à mon sens. Assistera-t-on à une nouvelle balkanisation du web, du fait de la coexistence de différentes bases de méta-données, alimentées et utilisées par des moyens techniques différents? En attendant que tout soit unifié, faudra-t-il parcourir la même page avec les différents outils de ce type, pour être sûr d'avoir la totalité de la contribution des différentes communautés d'utilisateurs?
Ensuite, ne risque-t-on pas de dédouaner, dans une certaine mesure, les éditeurs de sites de leur devoir de mise en accessibilité? Pas d'impair: l'idée de base est puissante et productive, et on est d'accord que le service à l'utilisateur prime, quelqu'en soit le moyen et le fournisseur, finalement. Cependant, anticiper les effets pervers permet de mieux les prévenir. Le projet d'IBM positive le problème en espérant que les contributions montreront la voie aux propriétaires de sites, en leur fournissant, clé en mains, les meilleures pratiques telles que les attendent les utilisateurs. Il faudra certainement faire preuve de beaucoup de persuasion et de pédagogie, pour expliquer que ce type d'action ne doit pas remplacer l'incorporation des bonnes pratiques d'accessibilité au processus de conception et de production de tout site internet digne de ce nom.


Commentaires

    Quelques apports

    Cet article de Chris est très intéressant et ton analyse pertinente.

    Je me permets quelques apports. Je traduirais "crowdsourcing" par "approvisionnement par la foule". Il ne s'agit pas seulement d'un concept lié au code source d'application mais étendu à plusieurs domaines (le site LaFraise.com est une plateforme de ce que l'on pourrait appelé crowdsourcing, se sont les internautes qui créent et votent pour les motifs à imprimer sur les t-shirts). J'ai travaillé un peu sur le crowdsourcing pour un projet de recherche. Un rapport est d'ailleurs disponible sur cette page: http://ideance.net/publications.php

    Sébastien.

    Posté par Sébastien Delorm, mardi 15 juillet 2008 à 14:17

Poster un commentaire